Conférences / Visites
   Autres sites

Recherche rapide d'ouvrages
(accès gratuit)
Tapez un patronyme, une commune, un mot-clé, ...

[Recherche avancée]

DBFF Dictionnaire des frioulans en France

Dictionnaire biographique des Italiens originaires du Frioul (provinces d’Udine, Pordenone et Gorizia) en France

19 392 familles répertoriées travail en cours, dernière mise à jour 23.10.2017

Le but de ce dictionnaire est de mieux faire connaître les frioulans
et de laisser aux futures générations des traces de la vie de leurs ancêtres en France.

-# Consultez l’index (par noms de famille ou par lieux) cliquer ici

  1. Complétez le questionnaire : version abrégée cliquer ici version complète cliquer ici
  2. Retourner le courrier uniquement : Marc MARGARIT 34 rue madame Curie 92220 Bagneux ou l’adresse email geneaita@geneaita.org

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter au 06.16.56.42.62 ou le soir au 01.46.64.27.22

[versione in lingua italiana]

C’est aussi l’association Ancêtres Italiens 20 rue des vinaigriers 75010 Paris
Permanence le mercredi 14h30-20h (sur rendez-vous)
Depuis 1991, aide à la recherche et assistance personnalisée sur l’histoire des familles italiennes

Exemple de notices :

BERTOLUTTI Luigi (11.12.1886 Faedis, Costapiana, UD).
Il émigre en France, lieu non connu, au début des années 20, est manoeuvre, marié avec SIGURA Lucia (29.06.1891 Attimis, Subit, UD). Ont pour enfants : — Eugenio (22.11.1911 Faedis, Costapiana, UD) — Argentina (2.08.1913 Faedis, Costapiana, UD) — Carlo (18.04.1915 Faedis, Costapiana, UD) — Severina (30.09.1919 Faedis, Costapiana, UD) — Giovanni (24.06.1921 Faedis, Costapiana, UD) — Raymond (7.07.1926 Pierre-Châtel, 38).
Naturalisation publiée au J.O. du 12.07.1931, A une « remise totale » qui est exonérée du paiement des frais de droits de sceau, étant considéré comme « très pauvre ». En 1931, il est installé à Grenoble (38). (Sources : J.O.)

BIASOTTO Angelo (14.09.1887 Chions, PN).
Il émigre avec sa femme et ses enfants de son village limitrophe de la Vénétie. Il est plutôt de culture vénitienne y compris dans son dialecte. Il est manoeuvre, marié avec NARDO Maria (27.09.1891 Chions, PN). Ont pour enfants : — Antonio (24.03.1920 Chions, PN) — Bruno (2.12.1922 Chions, PN) — Elda (3.09.1924 Chions, PN).
Naturalisation publiée au J.O. du 5.10.1939, la famille est installée à Paris. (Sources : J.O.)

CANCIAN Angelo (1877 Spilimbergo, PN).
Maçon patron. Marié avec TOPPAN Anne (1882 Spilimbergo, PN). Ont pour enfants : Faust (1910 Spilimbergo, PN) plâtrier chez Cancian François (1920).
D’après son dossier administratif de résistant, a fait partie des Forces françaises de l’intérieur (FFI) constituées par les membres des maquis et des corps francs, également a fait partie des Déportés Internés et Résistants (DRI) appartenant aux différentes forces françaises de la Résistance. (Sources : SHD, sous-série GR 16 P 103871)
En 1936, seule famille italienne et étrangère installée à Saint-Seine-en-Bâche (21). (Sources : AD21 10M572 18)

CUDICIO Pietro “Sbuèlz” (Torreano, UD).
Le 26 décembre 1920, il est avec des compagnons, l’un des premiers à émigrer, sac à dos, en laissant femme et enfant. Il part, comme tailleur de pierre, à Saint-Sulpice-le-Guérétois (23) en Limousin. Le voyage se fait par chemin de fer aux frais de la société. Il arrive le 31 décembre 1920. Il est logé au camp de Beau Soleil en commune de Guéret (23) où se construisent des baraquements en bois enduits de goudron (une chambre pour 4, pas de vitres aux fenètres). Effectivement, c’est à cette date, que Mr PERCEVAL directeur des « Carrières de Granit du Massif Central » délègue Mr ROCCHI (entrepreneur de bâtiment installé depuis des années dans cette même commune) pour recruter les premiers tailleurs de pierre au nombre de 11 parmi lesquels CAUSERO Giuseppe « Bepo Put », LAURINI Massimo, BOREANAZ Giovanni, MALIGNANI Dionisio « Scain », SCANDINI Germanico, SCANDINI Carlo, PIENIZ Lino « Tomâs », DURIAVIG Pietro « Cjaliar », DEVINCENTI Luigi « Merlot ». (Sources : Molinari, G. – I picapiera. L’étà della pietra di Torreano, 2006)

D’AGOSTINI Agelindo (9.01.1903 Campoformido, UD).
Dans les années 1930, il quitte, avec femme son village situé en plaine frioulane pour la France, en 1922 il se marie avec LANT Rosa (29.12.1903 Basiliano, Villaorba, UD). Ont pour enfant : — Nelnia (31.07.1922 Basiliano, Villaorba, UD).
Autre membre de la famille, le frère de Rosa : LANT Quinto (11.04.1901 Basiliano, Villaorba, UD) cultivateur.
Naturalisation publiée au J.O. du 17.10.1952, la famille est installée dans le dép. de l’Ain (01). (Sources : Grossutti, J. (a cura di) – Basiliano : un paese all’estero. L’emigrazione nel territorio comunale, 2009)

DEBELLIS Giuseppe (11.09.1889 Taipana, Monteaperta, UD).
Dans les années 10, il quitte avec sa femme et sa fille son village de montagne des vallées du Natisone en province d’Udine, zone slovénophone plutôt de culture slave y compris dans son dialecte. Il a été à l’école officielle italienne mais dans le village, il parle le slovène et le frioulan. Il est maçon, marié avec BLASUTTO Regina (18.08.1895 Taipana, Monteaperta, UD). Ont pour enfant : — Dina Maria (25.12.1920 Taipana, Monteaperta, UD).
Naturalisation publiée au J.O. du 15.12.1938., la famille est installée à Tucquegnieux (54). (Sources : J.O.)

DEOTTO Pierre [écrit DIOTTO] (1897 Verzegnis, UD).
Emigre en France en raison de ses idées politiques : il est antifasciste. Fiché par la police pour cette appartenance, son dossier n°1732, période 1928-1941, est conservé dans le fonds ‘Casellario Politico Centrale’.
Peintre dans l’entreprise Geloso, marié avec Suzanne (1904 Paris) tapissière dans l’entreprise Sarfati. En 1931, il est installé à Clamart (92) 197 av. Victor Hugo. (Sources : CPC, ACS Rome ; ACCT, 1F28)

DEZAN Antonio [écrit auj. DEZZAN] (1882 Cordenons, PN).
Est bûcheron à la société Aulie en Alsace, marié avec Santa (1883 Cordenons, PN). Ont pour enfant : — Federico (1908 Cordenons, PN) tuilier, Angelo (1910 Cordenons, PN) tuilier, Ernest (1912 Cordenons, PN) manouvrier, Pierre (1915 Cordenons, PN). A pour frère : Valentin (1892 Cordenons, PN).
En 1926 et 1931 habite à Mesnil-Saint-Père (10) Le village, voie du Taux. (Sources : AD10)

FORNASIER Ventura (Sequals, Lestans, PN).
Quitte Lestans (PN) pour la France, comme de nombreux hommes de son village pour travailler comme maçon à la construction de l’usine Renault du Mans (72) et à la restauration en Normandie sur l’île de Chausey (50) de la forteresse propriété du constructeur d’automobile Louis Renault, dans les années 1920-1925 puis dans le château propriété du constructeur d’automobile Louis Renault, en Normandie à Herqueville (50) dans les années 1934-1936. (Sources : Zilli, L. - …a lavorâ in Francia. I lestanesi e l’emigrazione friulana, 2005)

PELOSO ? (Coseano, Cisterna, UD).
Emigre du Frioul pour la Bretagne pour la reconstruction de Saint-Malo (35) comme ses compagnons de travail : SCARSINNI Milko et les familles CANTARUTTI, LIRUSSI, BRUNO, BURELLI, TABOGA et COLETTI. (Sources : Grossutti, J.- Du Frioul à la Normandie : métiers et destinations migratoires In : L’immigration italienne en Normandie de la troisième république à nos jours, 1998)

PIGANI Celeste (22.08.1882 Reana auj. Reana del Roiale, UD).
Graniteur (ouvrier spécialisé dans la réalisation de revêtement de sol en granito, marié avec QUAINO Genoveffa (1.03.1891 Tavagnacco, Feletto Umberto, UD). Ont pour enfants : — Umberto Valentino (7.05.1915 Reana, UD) — Anna Rosa (28.10.1919 Reana del Roiale, UD) — Litizia Maria (16.12.1929 Reana del Roiale, UD) — Armenia (28.08.1932 Reims, 51).
Naturalisation publiée au J.O. du 3.12.1933, la famille est installée à Betheny (51). (Sources : J.O.)

PINOS Antonio (30.11.1904 Sesto al Reghena, PN).
Il quitte son village frioulan limitrophe de la Vénétie avec sa femme. Il est plutôt de culture vénitienne y compris dans son dialecte. Il est métayer, marié avec MINAN Anastasia (11.03.1905 Sesto al Reghena, PN). Ont pour enfants : — Lydia (25.09.1934 Puycasquier, 32) — Joseph (25.03.1938 Sainte-Christie, 32).
Naturalisation publiée au J.O. du 21.09.1947, la famille est installée à Roquelaure (32). (Sources : J.O.)

TREPPO Domenico (Tarcento, Sediliis, UD).
Travail à la tuilerie Normande du Mesnil-de-Bavent à Bavent (14) comme briquetier-tuilier ainsi que ses compagnons de travail : les frères MORADORE (Flaibano, UD) et LENA (Flaibano, UD), DELLA VEDOVA Giovanni (Flaibano, UD), BERTOLI Guido (Flaibano, UD), les frères FLABORIA (Pasian di Prato, UD), les frères FROSCH (Attimis, Forame, UD). (Sources : Grossutti, J.- Du Frioul à la Normandie : métiers et destinations migratoires In : L’immigration italienne en Normandie de la troisième république à nos jours, 1998)

TURCO Luigi (12.08.1939 Udine, UD).
Arrive en France le 27.08.1957 à Massy ou Palaiseau (91). Travaille comme maçon puis chef de chantier dans les entreprises Thireau-Morel, Rubini, Bouygues, EPMP, Le Jeune Cleda, SAEC, EGCO jusqu’à la retraite 1999, marié avec GAGNANT Mauricette (28.01.1943 Paris 14ème). Ont pour enfants : Stéphane (3.11.1968 Fontenay-aux-Roses, 92), Alain (23.02.1974 Fontenay-aux-Roses, 92).
En 1983, il est installé à Champlan (91) 58bis rue Jean Jaurès. A un frère à Bondy (93), trois cousins à Houilles (78). (Sources : NAUT 1.2007)

UNFER Agostino (22.08.1902 Paluzza, UD).
Arrive le 18.06.1927 puis le 18.04.1928 dans la commune de Morez (39) où d’après son passeport il y est inscrit et y réside. Travaille pour la construction de la ligne de chemin de fer Morbier-Morez, classée monument historique et dite ligne des hirondelles, avec ses nombreux viaducs et passages souterrains dont le tunnel au mont-d’Or. (Sources : AD39 5E)

VENIER Ange Joachim (27.02.1902 San Giorgio della Richinvelda, PN).
Menuisier, marié avec LORENZINI Giselda Alice (17.08.1908 Spilimbergo, PN). Ont pour enfant : — Louis Victor (16.05.1929 Décines-Charpieu, 69).
Naturalisation publiée au J.O. du 28.12.1931, la famille est installée à Décines-Charpieu (69). (Sources : J.O.)

VENTURINI Alfonso (1898 Buia, UD).
Menuisier chez Moret, marié avec Germaine (1900 Bernerain, 59). Autres membres de la famille : les frères Angelo (1901 Buia, UD) briquetier à la briqueterie Bordin frères, Louis (1907 Buia, UD) manœuvre chez Sein ?, Sofia (1908 Buia, UD) manœuvre chez Sein ?. Une fille Caterina (1926 Domont, 95).
En 1926, il est installé à Domont (95) 429 route nationale.
Réside à cette même adresse : TONDO Giovanni. (Sources : AD95, 2Mi8 R74)

ZULIANI Giovanni (1897 Attimis, UD).
Briquetier à la briqueterie Juneaux Lefevre avec des compagnons de travail natifs de sa région.
En 1926, il est installé à Bonneuil-en-Valois (60) 1 la briqueterie.
Autres collocataires : DANELUTTI Emilio, VARTINAZZI Alberto, GREATTI Luigi, BINUTTI Albino, PASCULETTI Mario. (Sources : AD60 6Mp100)

ZUTTION Angelo Francesco (13.02.1910 San Vito al Torre, UD).
Cultivateur, marié avec GODEAS Caterina (4.03.1912 Romans d’Isonzo, Versa, GO). Ont pour enfants : — Eliano Louis Joseph (17.01.1934 Romans d’Isonzo, Versa, GO) — Odette (14.02.1942 Cemon, 33) — Gérard Gilbert (10.09.1943 Cenon, 33).
Naturalisation publiée au J.O. du 23.11.1947, la famille est installée à Salleboeuf (33). (Sources : J.O.)